Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voix Africaine

Voix Africaine

Le Griot des Etats Unis d'Afrique

Nourriture sauvage =  bonne nourriture : étude du CIFOR

En Tanzanie, les femmes complètent l’alimentation de leurs familles par la collecte d’aliments sauvages qui poussent près de leurs maisons.

Pendant qu’elles désherbent, elles collectent des espèces comestibles. En rentrant et partant de leurs fermes, elles cueillent des légumes sauvages sur leur chemin. Elles choisissent également de prendre certains chemins pour aller ramasser du bois en sachant qu’elles vont passer par des endroits où des espèces convoitées poussent.

C’est ainsi que les femmes fournissent la plupart des légumes que leurs familles mangent.

Bien que les aliments sauvages ne soient, par définition, pas cultivés à domicile, ils proviennent d’une variété de sources et sont intégrés dans le régime alimentaire des hommes de multiples façons. Il peut s’agir d’espèces poussant au sein des forêts ou à leur périphérie.

Elles peuvent se développer sur d’anciennes terres agricoles qui ne sont plus cultivées ou sous forme de mauvaises herbes entre les cultures semées. Il peut même s’agir d’espèces autrefois cultivées qui sont retournées à l’état sauvage et qui ne sont plus grées par les humains.

Beaucoup des études revues par M. Powell concluent que ces aliments représentent une partie considérable du régime alimentaire et qu’ils fournissent la plupart des micronutriments importants à une alimentation saine.

Les propres recherches de M. Powell en Tanzanie indiquent que les aliments sauvages fournissent 31 pourcent de l’apport en vitamine A et 19 pourcent de l’apport en fer.

Nous savons que les fruits et les légumes sont bénéfiques pour la santé ; nous savons que les aliments d’origine animale sont bénéfiques pour les populations qui souffrent de carences en micronutriments

D’autres études revues indiquent que certaines communautés agraires aux Philippines obtiennent par les aliments sauvages une gamme de nutriments : 42 pourcent du calcium, 32 pourcent de la riboflavine, 17 pourcent de la vitamine A et 13 pourcent du fer.

Cependant, les chercheurs tentant de quantifier la valeur nutritive des fruits et légumes sauvages sont confrontés à des défis d’envergure.

source:

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article