Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voix Africaine

Voix Africaine

Le Griot des Etats Unis d'Afrique

Giusi Nicolini, maire ouverte de Lampedusa

Peinture exposée à l'Institut français de SAINT LOUIS, SENEGAL

Peinture exposée à l'Institut français de SAINT LOUIS, SENEGAL

Voilà trois ans qu’elle vit à bout de souffle, toujours à la course entre son bureau, le quai du port, le centre d’accueil, les appels du ministère de l’Intérieur. En mai 2012, Giusi Nicolini a été élue maire de Lampedusa, ce morceau de terre au milieu de la Méditerranée, plus proche de l’Afrique que de l’Europe. Quand elle a été catapultée à la tête de sa communauté, son île était devenue un symbole : celui des carrette del mare, les « charrettes de la mer », ces bateaux déglingués qui arrivent d’Afrique, pleins de migrants qui débarquent, dépourvus de tout sauf de l’espoir de se construire une nouvelle vie.

Et puis il y a les morts : Giusi Nicolini ne pourra jamais oublier ce maudit jour d’octobre 2013, quand la mer a rendu à son île 366 cadavres, l’un après l’autre. Ils étaient Somaliens et Erythréens et ils se sont noyés à deux kilomètres de la côte. « Quand j’y pense, le premier mot qui me vient à l’esprit est “horreur” : tous ces corps alignés, inanimés, les petits cercueils des enfants, le regard perdu des survivants. On doit s’engager pour que les gens n’oublient pas, pour qu’on ne pense pas qu’il soit normal de mourir comme ça. »

suite:

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article